Leurs opérations

 

Les Parachutistes de la France libre sont formés en Grande-Bretagne en septembre 1940 par le capitaine Georges BERGE. En mai 1941, cette unité rassemble une centaine d’hommes et a déjà à son actif deux missions clandestines en France occupée.

En juillet 1941, le capitaine Bergé et ses hommes embarquent à destination du Moyen-Orient et rejoignent Damas. Après plusieurs mois d’attente, ils  reçoivent l’autorisation de rejoindre le centre d’entraînement de Kabrit en Égypte. Le 2 janvier 1942, une trentaine de parachutistes français sont intégrés au L Detachment of the Special Air Service Brigade du Major David STIRLING et l’unité devient le Free French SAS Squadron.

La brigade SAS est une unité non conventionnelle créée en juillet 1941 pour intoxiquer l’ennemi et lui faire croire à l’existence d’une importante unité aéroportée britannique en Égypte. En fait, cette brigade ne comporte à l’origine qu’un simple Squadron d’une soixantaine d’hommes, rassemblés sous le terme vague de « L Detachment ». Selon la conception de STIRLING, il s’agit d’une unité de commandos destinée à des missions d’ordre stratégique sur les arrières des lignes ennemies : missions de sabotage, attaques des moyens de communication et des centres névralgiques tels que les aérodromes, les dépôts de minutions ou de carburant… réalisées par de petites équipes (sticks) de trois ou quatre hommes. Le théâtre d’opérations se prête alors tout à fait à l’infiltration de petites unités dans la profondeur du dispositif. Par leurs actions, les parachutistes français font leur la devise des SAS, « Who dares wins », Qui ose gagne ! 

Après des missions en Crête, en Libye, en Tunisie, les parachutistes français rentrent en Grande-Bretagne en avril 1943 afin de préparer la libération de l’Europe. Ils constituent alors deux formation, le 3e Bataillon d’Infanterie de l’Air (3e RCP / 3rd SAS) sous les ordres du capitaine Yves CHATEAU-JOBERT alias « Conan » et le 4e Bataillon d’Infanterie de l’Air (2e RCP/4th SAS) sous les ordres du commandant Pierre BOURGOIN. Avec le 1st SAS du Lt-colonel Paddy MAYNE, le 2nd SAS du Lt-colonel Brian FRANKS et le 5th SAS du capitaine Eddie BLONDEEL, ils forment la Brigade SAS.

Les parachutistes SAS de la France libre s’illustrent alors en Europe au cours de l’opération Overlord en France puis dans les Ardennes belges et en Hollande. En novembre 1944, l’unité est faite Compagnon de la Libération par le général de GAULLE et elle est l’une des plus décorés de la seconde guerre mondiale.

Le drapeau est aujourd’hui détenu par le 1er Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine de Bayonne, unité française d’élite, intégrée au Commandement des Forces Spéciales et digne héritière des SAS de 1940-1945.

{jviewerjs images/pdf/anjou.pdf; width=70%; height=400px; }